close× Call Us Iraclis Spyrou : +32 476 51 16 01Pierre Ghysens : +32 475 46 91 96

2018, année hétérogène ?

Le point sur les vendanges


Situation au début septembre 2018 :

 

D’après les premières informations qui nous parviennent, les vendanges 2018 risquent d’être précoces, mais pas partout. Inutile de vous dire combien l’été a été chaud et combien le printemps a été pluvieux à certains endroits, et sec à d’autres…  Le mildiou s’est aussi répandu un peu partout (surtout dans le sud) créant des foyers propices à une maturité inégale.

Bien entendu toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne. Et la situation disparate nous fait prévoir un millésime hétérogène.

La Champagne, l’Alsace et le Sancerrois annoncent 2 à 3 semaines d’avance. Les vendanges ont débuté fin août- début septembre selon les parcelles. La région du Grand-Est a connu en effet un début d’été très chaud et sec. Dans le Bordelais et une bonne partie de la région Sud-Ouest, les intempéries printanières avaient ralenti la croissance de la vigne et l’été a rattrapé le retard. Dans les autres régions, la tendance semble être à la précocité, mais tout dépendra des secteurs, expositions et types de cépages.

En ce qui concerne la vallée du Rhône, les deux cas de figure peuvent coexister.
Le Nord se prépare et commence lentement sur les parcelles les plus précoces et sur celles où il n’y a plus rien à gagner en matière de profondeur ou de complexité. La chaleur a parfois bloqué les équilibres de maturation des raisins. Une pluie fine pourrait être bienvenue, mais des orages seraient catastrophiques.
Le Sud, plus exposé aux chaleurs se retrouve confronté au problème récurrent de la maîtrise des degrés alcooliques et à un mildiou qui s’est propagé suite aux pluies printanières. Les traitements de bouillie bordelaise ou les pulvérisations à base de bicarbonate de soude ont certes freiné l’extension, mais les grappes touchées, hétérogènes et suspectes, doivent être éliminées.

Ce qui freinera un peu l’augmentation escomptée des volumes par rapport à une année 2017 déficitaire.

Plus d’informations après notre périple de fin septembre.

 

2016, l’année de la patience ?

Les vins sont quasiment tous en bouteilles et si les premières dégustations nous confirment qu’il s’agit là d’un splendide millésime d’équilibre et de finesse, elles nous indiquent aussi qu’il faudra être patient… Certes les vins se livrent mais l’impression que j’ai est que l’équilibre magistral mettra quelque temps pour se ( re)mettre en place. Une deuxième impression suivra en fin d’année ou début 2019 lorsque tous ces vins auront été redégustés car certains sont (seront…) des mises tardives.

2017 nous semble plus facile avec son fruité éclatant et sa gourmandise naturelle. Délicieux pour ceux qui arrivent sur le marché en tout cas.

 

Pierre Ghysens, le 06-09-2018