close× Call Us Iraclis Spyrou : +32 476 51 16 01Pierre Ghysens : +32 475 46 91 96

Dernières nouvelles du millésime 2017

2017....chaud devant

 Fin août : 

Les dernières nouvelles qui nous parviennent de nos amis vignerons nous décident à prendre la route plus tôt que prévu cette année. Les chaleurs persistantes pourraient en effet précipiter les dates de vendanges. Le secteur sud semble particulièrement touché par le manque d’eau. Saint-Peray, Cornas et le secteur Crozes, Saint-Joseph Sud et Hermitage annonce en effet des pertes de récoltes de l’ordre de 30 jusqu’à 50 % en raison de la sécheresse. Plus on monte et plus la situation se stabilise.

1ère semaine de septembre :

Sur place nous constatons que le secteur le plus au Sud (Cornas et Saint-Péray) a en effet débuté la récolte. Nous le constatons de visu avec la rentrée des premières vendanges de rouge au domaine Clape. Les raisins sont jolis mais les quantités hélas … Chez Guillaume Gilles nous dégustons le jus en fermentation depuis 4 jours et c’est très rassurant : grosse couleur, pas de sécheresse ni de goût surmûri… cela ne ressemblera pas au millésime 2003…le plus gros danger est écarté.  Dans les autres appellations, on scrute, on examine, on analyse, on goûte le raisin. Ca et là, les blancs vont commencer à être coupés. Surtout sur les parcelles les plus exposées au sud, notamment sur Hermitage et Condrieu. Les vignerons espèrent une petite pluie salvatrice complémentaire (20 mm, ce serait le pied…) pour faire gonfler les baies et diminuer le degré. 

2ème semaine de septembre :

Les grandes manœuvres débutent. Il y a eu un peu de pluie sur Saint-Joseph et Côte-Rôtie…que du bonheur… le mistral se lève, les conditions sont meilleures. Les parcelles les plus précoces sont vendangées.

3ème semaine de septembre :

Ca y est, tout le monde coupe à gauche et à droite, mais beaucoup de picking, en fonction de la maturité assez disparate des parcelles. Cela s’annonce très bien, le cycle des bonnes années ne se terminera pas en 2017….


Fin octobre : l'heure du bilan a sonné... Si le millésime s'en tire qualitativement de "pas mal" à "bien", (plus d'explications bientôt et surtout premières dégustations pour nous début 2018), on peut dire d'ores et déjà que les quantités, elles, iront de "maigres" à "très maigres" certaines domaines ayant perdu jusqu'à 60 % du volume moyen...avec les conséquences que nous connaissons tous déjà. Augmentation du prix du vrac et forcément répercussions sur les prix des bouteilles puisqu'il ne faut pas perdre de vue que les remboursements bancaires et les frais de personnel vont faire encore plus mal puisqu'il y aura moins de vin à vendre.