close× Call Us Iraclis Spyrou : +32 476 51 16 01Pierre Ghysens : +32 475 46 91 96

Verticale des Hermitage du domaine Faurie.

Dégustation au Moulin à Vins le 2 juin 2015

 

Le domaine possède de belles parcelles de vieilles vignes d’une superficie totale de 1,6 hectares exposées plein sud. Celles-ci se situent sur trois climats bien typés de la célèbre colline :

·         Les Bessards

Situés dans la partie supérieure produisent un vin puissant, rigoureux aux tanins serrés sur un sol granitique assez aride.

·         Les Greffieux

      Au pied de la pente, ont accumulé environ un mètre de terre d’alluvions argilo-calcaire sur le fond de  granite. Les vins sont relativement souples et charmeurs.      

·         Le Méal

A mi-pente, produit des vins bien structurés et équilibrés sur la couche de sol siliceux (sable) et calcaire qui recouvre le granit à cet endroit.

Les vins rouges représentent l’essentiel de la production. S’y ajoutent moins de 1.000 bouteilles de blanc sec.Bernard Faurie est aujourd’hui, à 65 ans, proche d’une retraite plusieurs fois annoncée. Il continue pourtant à  vinifier l’Hermitage alors qu’il a cédé à son gendre ses vignes de Saint-Joseph. Bernard est un personnage soucieux et taciturne, un homme du terroir qui accorde un soin méticuleux à sa production dans le respect des traditions. Il n’est donc pas étonnant de trouver chez lui des vins d’une grande longévité.




 

Hermitage blanc 2012 (Marsanne 80%, roussane 20%).

Beau nez de fruits jaunes, pêche, poire, coings et une touche de chèvrefeuille. La bouche est miellée et déjà solide, elle soutiendra le vieillissement du vin. La belle expression du fruit est exemplative du style des années récentes.
 


Hermitage rouge 1998.

Un assemblage des trois terroirs: B-G-M. Une bouteille douteuse, manquant de netteté, asséchante sur la finale. On regrette de ne pouvoir apprécier la structure et la fraîcheur du millésime que l’on devine malgré tout.

Hermitage rouge 2000.

Terroirs : B-G-M. Le millésime est riche et puissant, mais le degré reste bien contenu à 13°. Bouquet évolué, légèrement viandé, où l’on retrouve le cuir, l’encens, le tabac avec une évolution vers les fruits noirs : mûre, myrtille, cerise noire.  L’acidité caractéristique et le fruit de la syrah sont encore présents sur une bouche souple mais puissante et harmonieuse. Une superbe maturité.

Hermitage rouge 1995.

Terroir : Gréffieux. Le millésime a produit des vins durs et exagérément tanniques à partir de raisins manquant de maturité. La couleur est tuilée, le nez de moindre ampleur est quelque peu herbacé, de noix de muscade. On reste un peu sur sa faim avec ce vin dont le développement aromatique est freiné par l’acidité.

Hermitage rouge 2007.

Terroirs non précisés : En dépit d’une réputation médiocre, ce millésime a donné de beaux vins délicats et fins. Le nez de réglisse, discret,  n’est pas encore épanoui. Après un temps dans le verre, la réduction disparaît pour faire place à un bouquet agréable et fin, un peu acide. Quelques années d’attente en feront une jolie bouteille. 

Hermitage rouge 2011.

Terroirs : B-M. Le vin est gourmand, souple, accessible en l’état avec une belle concentration. La sensation gustative est simple et la finale sans malice. Ce manque de complexité pousse à le consommer dès maintenant même si le terroir est généralement porteur de vins d’une belle longévité.

  Hermitage rouge 2012.

Terroirs : G-B. Une légère réduction disparaît très vite. Le fruit séduit par sa grande finesse dans un équilibre idéal entre fraîcheur, acidité et richesse. Le nez est complexe avec ses notes framboise, pêche mûre, sureau, réglisse, mûre. Cette dentelle de cathédrale gothique s’appuie sur une structure solide. Il promet une grande bouteille, mais il faudra résister à son charme immédiat !

Hermitage rouge 1997.

Terroir : Méal. Après l’envoûtant 2012, le vin a un peu de mal à s’affirmer car le nez est assez discret. Il rappelle le 2007, en plus suave. La bouche est élégante et racée avec un bel équilibre entre un corps solide, une touche d’acidité et une grande finesse. C’est un excellent millésime qui n’a pas pris une ride.

 

© Michel Etienne pour le Moulin à Vins